Illimités

|

Sahar Saâdaoui
11.03.22 – 07.05.22

Avec cette deuxième exposition, intitulée ici « Illimités », Sahar Saâdaoui prolonge notre plongée dans son univers fait de silence, de finesse, de transparence, où tout n’est qu’effloré, effleuré, évanescent, diaphane, à travers la production d’œuvres connues, ses célèbres alphabets codés, sous ses formes de rouelles ou de patchworks cadrés, mais aussi d’œuvres toutes récentes, damiers et grilles, le tout exprimé au moyen de ce textile qui fait son langage, ce fameux pongé de soie, comme autant de pétales floraux, dont la pureté et la fragilité convoquent des univers parallèles et cryptés.

Car sous l’apparente douceur et légèreté de sa proposition artistique, se révèle, comme à travers le voile qui en est la matière, une autre réalité, celle bien structurée et objective du code, de ce langage bien à elle, qu’elle utilise depuis ses débuts, pour « encoder » la réalité. Cette réalité qui nous entoure, et dont la Phénoménologie de la Perception de Merleau Ponty nous apprend qu’elle peut être à la fois transcendantale et subjective, est marquée au sceau de la complexité, de l’aléatoire et de l’incontrôlé. Dans la réalité, tout n’est que surgissement, hasard, surprise ; tout échappe à la règle, à la constance, c’est le fameux « Panta Rei » pré-socratique, le « tout coule », l’impermanence étant la seule constance du monde. De cette inconstance peut naître un sentiment de chaos désorganisé que l’artiste va tenter d’ordonner.

Extrait de texte, Constantin Chariot.

Sahar Saâdaoui

Née en 1986 à Bruxelles, Sahar Saâdaoui y vit et y travaille.

Diplômée en Design textile à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Nourrie des gestes familiers de la couture, elle investigue rigoureusement son intérêt pour le tissu et le papier. En 2014, Sahar Saâdaoui développe sa pratique lors d’une première résidence au TAMAT, Centre de la Tapisserie, des Arts Muraux et des Arts du Tissu de la Fédération Wallonie- Bruxelles. En 2016 résidente au WIELS, Centre d’art contemporain de Bruxelles et à L’ACADEMIA BELGICA de Rome. En 2018, elle est lauréate du Prix Louise Dehem, décerné par l’Académie Royale des Sciences et des Lettres de Belgique. Elle prit part à l’exposition Dans l’intimité des crinolines, dans le cadre du Prix jeune artiste du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Espace Verrière



VUES DE L'EXPOSITION

SÉLECTION D'ŒUVRES EXPOSÉES

Crédits photographiques © Regular Studio