Gérard Alary

|

Saison 7
09.02.2017 > 11.03.2017


La Saison 7 de Gérard Alary fait exploser un savoir sur la peinture dont la célébration s’égrène sur un chapelet de vertus: expressionnisme, monumentalité, figures archaïques ou ethno-centrées, théâtralité, sacralisation, énergie, affirmation, saveur.
 
Pour rencontrer l’oeuvre de Gérard Alary il faut que soudainement l’artiste accepte d’ouvrir une parenthèse dans la pratique quotidienne et tumultueuse de l’atelier. Une exposition de Gérard Alary est donc un moment rare, une expérience à vivre troublante et surprenante car elle se réfère à cette seule source, l’atelier.
 
Si une effraction était possible pour lire au dessus de son épaule, nous le verrions vibrionner entre le marchand de châssis, de toile et de couleur, la maison et l’atelier. Et chacun des territoires, nous le constaterions, mange les autres pour faire de la pratique du peintre un tout impétueux.
 
C’est la pratique de cette réalité autonome qui fait le prix de ce travail et la certitude que nous sommes devant un grand peintre, irréductible à autre chose que la fabrique du tableau et le flirt permanent avec la matérialité de la peinture, sa chaleur, ses coulures à consommer comme des humeurs.
 
Pour le reste et pour l’essentiel, réunissons les sources chaudes du magma de Francis Bacon, le tropisme qui fit se rencontrer Basquiat et les mythogrammes, l’absolue singularité qui anime le brouillon sidéral de Vedova, et nous aurons la clef du travail de Gérard Alary.
Telle est la Saison 7.

Michel Enrici, critique et historien d'art 

ESPACE SOUS VERRIERE

SELECTED WORKS

EXHIBITION VIEWS