Jean Boghossian

|

Rythmes et Matières
18.12.18 > 15.01.19


Après sa participation à la 57èmeBiennale de Venise l’année passée en tant que représentant du pavillon national Arménien, Jean Boghossian poursuit son travail de feu dans une série intitulée « Rythmes », présentée pour la première fois en septembre à Beyrouth lors d’une exposition organisée par le critique d’art italien Bruno Corà intitulée « Building with Fire ». 
Partant de l’idée de construire à travers la destruction causée par le feu, et ainsi de dépasser la connotation négative généralement associée à ce médium, l’artiste propose une série de collages de papiers colorés ciselés par la flamme du chalumeau travaillés en alignements sur des fonds monochromes. Le rythme advient de la composition graphique qui émane du processus de brûlage et de la vibration particulière du papier qui se détache par endroits du support. La matière du papier et de la toile vient ensuite se mêler à la cendre pour dessiner des reliefs et des profondeurs qui peuvent évoquer tour à tour des craquelures, des labyrinthes, des écritures abstraites, ou encore le mouvement de l’eau. 
 
A travers cette exposition, l’artiste désire explorer la beauté qui réside dans l’intervalle précédent la destruction totale de la matière que constitue l’œuvre, posant ainsi une réflexion sur la préservation de ce qui est amené à disparaître et la vulnérabilité de l’existence. Cette réflexion n’est d’ailleurs pas sans lien avec son histoire personnelle et celle plus générale du Moyen-Orient qui a vu lors de ces dernières décennies, au fil des guerres, disparaître progressivement une partie de son héritage et de sa mémoire.

BIOGRAPHIE

Jean Boghossian est un artiste multidisciplinaire abstrait dont les œuvres portent toutes, à des degrés différents, des traces liées à la dégradation par le feu. A travers ce processus d’endommagement volontaire et d’utilisation du chalumeau à la place du pinceau, Boghossian pose la question de ce que cela signifie de créer un art inextinguible selon une méthode invasive et violente, bien que poétique, qui entend combiner les media en créant une construction à travers la déconstruction opérée par les flammes.
 
Né à Alep en 1949, Boghossian est issu d’une famille de joaillers auprès de laquelle il travaille tout en étudiant l’économie et la sociologie à l’Université Saint Joseph de Beyrouth. En 1975, la guerre civile au Liban le force à quitter le pays et à s’installer en Belgique où il réside encore à l’heure actuelle. Il y a une trentaine d’années, Boghossian commence un cursus à l’Académie des Beaux-Arts de Boitsfort à Bruxelles tout en continuant à superviser l’entreprise familiale. En 1992, il crée la Fondation Boghossian avec le soutien de son frère et de son père.
 

Jean Boghossian a participé à de récentes expositions individuelles et collectives à la Galerie Pièce Unique, Paris (2018), au German Bundestag, Berlin (2018), chez Cardi Gallery, Londres (2018), au Museum Ground, Corée (2018), à L’Orient Le Jour, Beyrouth (2018), à la National Gallery of Armenia (2018), Frieze New York, Cardi Gallery (2018), Art Monte-Carlo, Cardi Gallery (2018), Ayyam Gallery, Dubai (2018), Armenian Center of Contemporary Experimental Art, Yerevan (2017), 57th Venice Biennale (2017), Musée d’Ixelles, Brussels (2017), Beirut Exhibition Center (2015, 2011), Fondazione Palazzo Albizzini Collection Burri, Città di Castello (2015), Museo Archeologico di Atina e della Valle di Comino, Atina (2015), Villa Empain - Boghossian Foundation, Brussels (2014), Art Abu Dhabi (2013), Youngeun Museum of Contemporary Art, South Korea (2012), Galerie Guy Ledune, Brussels (2012, 2010, 2009, 2008, 2007), and Armenian Center of Contemporary Experimental Art, Yerevan (2007).



Espace Rez-à-rue 

SELECTED WORKS

EXHIBITION VIEWS