Francis Dusepulchre

Francis Dusépulchre (1934-2013)
La sculpturalité du monochrome

Né en 1934 à Seneffe, Francis Dusépulchre enseigne l’art plastique en Belgique tout en menant une activité de peintre-sculpteur. Alors qu’il est d’abord tenté par un art figuratif marqué par le fantastique et le surréalisme, il abandonne très rapidement toute représentation figurative et se tourne en 1969 vers l’abstraction construite minimale et monochrome
Ses monochromes, « tableaux-sculptures », sont ses travaux les plus connus et les plus aboutis. L’artiste se sentant à l’étroit sur les surfaces planes de ses toiles, projette ses oeuvres hors du cadre dans un univers en trois dimensions : reliefs, renflements, concavités ou failles font deses tableaux de véritables sculptures. Ces effets ne sont pas contrôlés, on a affaire à des dérapages, des situations non maitrisées, des « accidents » qui créent des oeuvres délicates d’un dépouillement extrême et d’une simplicité apparente.
Ces irrégularités du relief ont le mérite de piéger la lumière. Dusépulchre sait jouer comme personne avec cette dernière: ces oeuvres ne sont que réflexion, réfraction, ou absorption d’un éclairage naturel ou artificiel, ce qui lui a valu d’être qualifié de « montreur d’ombres » par
Robert Rousseau. Il est le maître de la variation infime, celle qui, causée par le déplacement du spectateur ou de la source lumineuse crée de multiples nuances et interprétations. Il intègre souvent dans ses travaux (peintures ou caissons de plexiglas) une ligne imperceptible, vibrante, faite de fibre de verre, de nylon ou d’acier, sur laquelle court la lumière, créant des ombres arachnéennes.
Chez Dusépulchre, les couleurs font office, dans leur plénitude, de forme et de volume. Leur densité est telle qu’elle leur donne une force, une présence transcendant leur condition originelle.
Francis Dusépulchre est très vite tenté par le monumentalisme, il intègre ses travaux aux environnements urbains et architecturaux de Wallonie: musée de Mariemont, métro de Charleroi, Centre culturel de Nivelles. Epousant la structure du bâtiment ou s’en démarquant ses oeuvres, sculptures colorées, investissent l’espace public.

SELECTED WORKS